Jour 63 - Surprise colorée à la Dune du Pilat

Cela fait quelques jours que nous sommes arrivés en Gironde où les tournages se poursuivent avec comme rendez-vous cette semaine les deux professeurs d'une école de cirque et le directeur de l'IDDAC ( L'inistitut départemental de développement artistique et culturel).


Il nous a fallu quelques jours pour prendre nos points de repères dans cette nouvelle région.

Heureusement, nous sommes bien accompagnés par Barth et Céline que nous vous présenterons bientôt. Pour la faire courte, ce sont eux qui nous accueillent dans leur appartement et qui donnent des cours de cirque à l'école du Komono Circus. Nous avons même pu travailler avec leurs élèves lors de quelques exercices de théâtre, avec par exemple le travail des résonateurs et de la respiration, les mises en situation, l'imaginaire etc. De quoi varier leur programme comme dans un menu bien équilibré.


Hier nous tournions donc ce que l'on appelle les "beauties". Ce sont les plans destinés à mettre en avant la région, les paysages et particularités qu'elles possèdent. Nous avons commencé par nous rendre à la réserve ornithologique de Teich pour photographier le bassin d'Arcachon et quelques oiseaux. Comme la visite fût rapide, nous nous sommes dirigés vers la Dune du Pilat.


Il faut vous imaginer que depuis la voiture, sur notre droite, on voyait juste un gros tas jaune.

Sans rien dessus pour avoir une idée de l'échelle, cela ressemble juste à une dune de quelques mètres cachée derrière les arbres. Mais lorsque nous avons aperçus deux minuscules humains perchés en haut, nous nous sommes rendus compte de son immensité. Nous étions en réalité très éloignés de la dune et le jeu de perspective nous avait faussé. C'est gigantesque. (102 mètres de haut sur trois kilomètres de littoral).


Il y avait déjà de quoi être impressionnés mais nous n'étions qu'au commencement de notre émerveillement.

Sans plus attendre, nous avons garé la voiture dès que le sable a bien voulu nous laisser une place sur le bas côté. Nous prenons le matériel de tournage, on aperçoit un sentier qui longe la dune, parfait pour des prises de vue en contre bas, on s'enfonce dans la forêt.


Au bout de quelques minutes de marche, et après avoir bien chauffé les mollets, le sentier nous amène à la crête de cette montagne de sable. On y aperçoit une voile colorée. Est-ce un voilier sur la mer ? Une décoration artistique déposée dans le sable ? Rien de tout ça, un parapentiste cherchait à faire décoller sa voile. "Original!" s'est-on dit. C'est un coin à parapente...


Je veux mon n'veu.


A peine avions nous marché vingt mètres de plus que l'étendue de la dune se révélait à nous avec à sa surface des dizaines et des dizaines de voiles éparpillées. Il y en avait partout, comme des champignons multicolore qui s'agitaient dans l'espoir de prendre le vent.

Nous étions abasourdis, il n'y avait pas un bruit avant, pas un seul être humain à part nous sur ce sentier. Et en une fraction de seconde, cette centaine de sportifs qui se battaient avec les éléments pour décoller.

Quel spectacle...



Je dois vous laisser ici, j'ai encore beaucoup de choses à vous raconter, mais le nouveau pot d'échappement de la Gustaco vient d'arriver. Comme nous avons assez entendu le paquebot pétarader sur les routes, il est temps de rendre sa grâce à notre titine.


Je vous dis à très bientôt !


Corentin



36 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout