Jour 19 - Olivier Py: " Il n'y a rien au monde que j'ai aimé comme le Festival d'Avignon"

Dernière mise à jour : 23 avr. 2021

Ce matin, comme lors de nos précédentes rencontres, nous avons exécuté les mêmes gestes, posé presque les mêmes questions et comme toujours, Augusta se tenait à mes côtés.

Mais notre excitation, il faut bien le reconnaître, était un cran plus élevée que d'habitude.

Un trac naturel. On ne rencontre pas Olivier Py, Directeur du Festival d'Avignon, dramaturge, metteur en scène et comédien, tous les quatre matins. Nos appréhensions, faire vite, bien faire, être justes et précis, ont été vite balayées par la nécessité de l'action, l'entrée dans le vif du sujet.


La rencontre de ce matin (dix-sept minutes d'interview) a été d'une richesse surprenante. Nous avons été chamboulés par l'amplitude et l'importance des mots et des idées échangées avec lui. Ça n'est pas son premier entretien à Olivier Py, tout le monde l'aurait senti, mais deux comédiens, ce matin, ont senti l'amour du public et du plateau dans ses paroles. Comme une piqûre de rappel de ce que tout le théâtre et la création artistique impliquent, de ce que l'épidémie englobe comme victimes, en bref, un voyage à travers de nombreux sujets qui feront vibrer la corde sensible des gens de théâtre qui nous suivent.


Que vous dire, si ce n'est que l'Olivier Py de 20 ans, qui participe à son premier festival d'Avignon est plongé dans un chaos total, malheureux au possible et qu'il se promet de ne plus jamais y remettre les pieds ! Puis, qu'il y retourne l'année suivante, puis l'année d'après encore et toutes celles qui ont suivi.


Nous avons eu le regret d'apprendre que son rôle en tant que Directeur du Festival d'Avignon se terminera en 2022, à la fin de son dernier mandat.

Voici son sentiment quant au futur du festival, bien qu'il soit maintenu cette année (pour le moment) :


Nous avons hâte de vous montrer les autres parties de cette rencontre dimanche, à l'occasion de notre épisode hebdomadaire.

Merci à Olivier Py pour sa simplicité et à Arnaud Pain de l'agence de presse Opus 64 pour nous avoir permis d'organiser cette rencontre.

La route est encore pleine de belles personnes à vous faire découvrir, nous nous remettons au travail avant de vous raconter la suite.


À demain !


Corentin

44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout